«la distrazione è un’obesità della mente»

Bref, il s’agit de mettre en place une « écologie de l’attention » qui permette d’aller à la rencontre du monde, tel qu’il est, et de redevenir attentif à soi et aux autres — un véritable antidote au narcissisme et à l’autisme.

Est-ce aussi un appel à mettre plus de zen ou de « pleine conscience » dans nos vies, comme le faisait déjà un autre auteur-réparateur de motos, l’Américain ­Robert Pirsig dans un roman devenu culte, le Traité du zen et de l’entretien des motocyclettes ? Non, rétorque Crawford, car l’enjeu n’est pas qu’individuel. Il est foncièrement politique. «L’attention, bien sûr, est la chose la plus personnelle qui soit : en temps normal, nous sommes responsables de notre ­aptitude à la concentration, et c’est nous qui choisissons ce à quoi nous souhaitons prêter attention. Mais l’attention est aussi une ressource, comme l’air que nous respirons, ou l’eau que nous ­buvons. Leur disponibilité généralisée est au fondement de toutes nos activités. De même, le silence, qui rend possible l’attention et la concentration, est ce qui nous permet de penser. Or le monde ­actuel privatise cette ressource, ou la confisque. » La solution ? Faire de l’attention, et du silence, des biens communs. Et revendiquer le droit à « ne pas être interpellé »

il filosofo Matthew Crawford per un’ecologia del silenziola distrazione è un’obesità della mente

static1.squarespace

«le persone mi attirano nella misura in cui sono appassionate alla vita e avide di felicità»

Le persone mi attirano nella misura in cui sono appassionate alla vita e avide di felicità.
Albert Camus

http://intern.az/1qqe

14-image